Les pécheurs, 2018

 

L’espace public est le lieu où convergent les habitants. Ce territoire, parfois vide, parfois de passage, parfois conçu avec détail par des maîtres et urbanistes, finit par se plier à l’usage et l’appropriation que chaque personne fait de ce lieu. L’espace public est bien sûr, et d’abord espace, mais est également politique, espace-politique.

La série « Les pécheurs » interroge l’une des multiples dynamiques de commerce informel existantes en Colombie. Cette pratique est interdite par la loi et la personne qui l’exerce est susceptible de perdre toute sa marchandise et d’avoir des contraventions économiques.

Le paradoxe de cette pratique commerciale est l’utilisation d’une lourde charrette appelée « Chayena ». Les vendeurs s’accrochent à leur Chayena tel un pêcheur artisanal s’accroche à sa pirogue pour nourrir sa famille.

Tandis que le pêcheur artisanal part de la terre ferme vers le large dans son bateau de fortune, en bravant les intempéries, les vagues et les dangers, le vendeur prend sa Chayena et sort dans la ville, dans l’espace public, dans la rue. Ils et Elles bravent la pluie, les dangers avec le trafic routier et surtout la police. La Chayena, fait d’eux une proie facile pour les chasseurs de l’informel. Ils regardent trop souvent partir leur véhicule de fortune et toute la marchandise dans les gros camions de police. Ils savent qu’ils ont tout perdu et que ça va être dur de se relever, mais de toute façon ça a toujours été comme ça et comme ils disent « Nous sommes toujours « En la lucha » », dans la lutte pour la survie sans attendre que personne ne les aide…car ça a toujours été comme ça.